Visite de Kampot, entre terre et mer

Visite de Kampot, entre terre et mer

Après une micro halte à Phnom Penh, nous avons continué notre chemin depuis Kratie (cf. Les Dauphins de Kratie), jusqu’à descendre tout au sud du pays, à Kampot. La ville est située en bord de fleuve, non loin de l’embouchure avec la mer. Dès les premiers instants, nous sommes tombés sous le charme de cette petite ville, où la vie parait si douce et les habitants si avenants.

Rond-point Durian

Le symbole de la ville nous apparait dès les premières minutes de notre arrivée, en effet un immense durian, gros fruit très odorant et très prise en Asie, et représenté au centre d’un énorme rond-point. Dans cette ville, la présence occidentale se fait encore sentir, l’architecture du centre-ville, les principales artères routières, tout est fait sur le modèle européen et je dirais même plus sur le modelé français.DSC00692
La première journée, nous la passons à visiter tranquillement la ville, et sa ballade en bord du fleuve Kampong Kandar. Nous avons intégré une Guest house très sympathique, très « roots » mais aussi très bruyante, ce qui nous fera changer d’endroit, car nous recherchons la tranquillité.DSC00723 Nous profitons des restaurants dans le vieux centre et ralentissons notre rythme de visite pour la journée. Ecriture de cartes postales et détente autour une Angkor Beer, voilà le programme des deux prochains jours!DSC00702DSC00727

Une virée en scooter

Assez reposés, nous reprenons notre découverte du pays avec bien-sur notre joujou préféré, le scooter ! C’est avec une carte plus qu’approximative et aucune idée de ce que nous allons voir que nous nous lançons sur les routes des environs de la ville.

La carte nous indique des rapides à Tuk Tchou et une cascade vers la White Mountain, nous nous dirigeons vers ces points qui se trouvent à une vingtaine de kilomètres au nord de Kampot. Nous quittons la route nationale et gagnons une petite route qui longue le fleuve Kampomg Kandar. Le premier arrêt est un « check-point » spécial étrangers ou nous sommes contraints de nous acquitter des 2$ de frais de passage ! Pas grand-chose vous allez me dire, mais uniquement pour traverser un village quelconque, c’est quand même un peu fort de café ! Les rapides nous apparaissent très vite, la rivière est puissante à certains endroits et nous nous arrêtons pour admirer cette force de la nature. Nous ne sommes pas seuls, de jeunes écolières se trempent les pieds entre deux cours pour se rafraichir par cette température de folie, près de 40 degrés.DSC00657

Nous continuons la route à la recherche de la cascade, nous quittons la route et le village pour atterrir sur un sentier de terre au milieu d’une végétation dense. Le scooter tient le coup malgré de sacrées montées et des chemins de terre complètement défoncés.DSC00651 Au bout, nous arrivons sur un plateau en altitude, mais à cette époque de l’année, il n’y a pas d’eau, la cascade est complètement à sec. Un spectacle des plus étranges dans cette nature sublime rien que pour nous.DSC00654 DSC00655

Eau et Sel

Après un petit moment, nous rebroussons chemin et nous dirigeons au sud de Kampot, cette fois-ci dans les marais salants sur une ile reliée au continent par un pont. A perte de vue, des champs inondés attendant le soleil pour révéler son or blanc.DSC00670 DSC00662 Ici le sel est presque religion, les paysans le ramasse et l’entasse dans des baraquements de bois.DSC00665 Les enfants quant à eux, se rafraichissent dans d’immenses flaques d’eau à cote des champs. Déjà le ciel s’assombrit et l’orage gronde au loin. Epuisés par cette journée nous nous retournons à Kâmpôt afin de prévoir la journée suivante.DSC00669

Le Parc Fantôme

Le lendemain, nous avons décidé de nous mettre en route pour un parc national, le Bokor dont nous ne savions même plus comment nous en avions entendu parler. La route n’est pas très longue depuis Kampot, à peine uneDSC00673 dizaine de kilomètres nous séparent de l’entrée monumentale du parc. Les frais d’entrée s’élèvent à 2$ par personne, nous pénétrons le parc et attaquons directement une pente aigue, nous filons en zigzaguant sur la route. L’Elephant Mountain, que nous gravissons, surplombe Kampot et donne à voir un joli point de vue sur la ville. Nous passons devant un énorme bouddha en haut d’une falaise et quelques kilomètres plus loin nous atteignons le sommet de la montagne ou est dressé le parc national et ses bâtisses.

Une cascade est indiquée sur un plan du parc affiché sur un panneau. Nous nous y rendons et croisons des vacanciers et quelques touristes qui se détendent près des chutes. Le temps est maussade en altitude, vu la température au pied DSC00675de la montagne nous ne n’avions rien prévu de chaud à nous mettre et pourtant le froid se fait cruellement ressentir. Nous quittons la cascade pour explorer le reste du parc mais une brume épaisse nous entoure. Sur la route il n’y a que nous et l’ambiance devient vite étrange avec cette brume. Nous passons devant « une attraction » du parc, les 1000 rizières, mais à notre étonnement un garde est posté seul et frissonnant pour collecter d’autres frais d’entrée, il est nécessaire de repayer 6$ par personne. Vu la brume nous ne verrons rien aux rizières, nous décidons donc de passer notre chemin et de visiter les bâtiments du parc. Le parc immense est sillonné par une route impeccable mais complètement recouverte d’un épais brouillard en cette saison qui nous fait ralentir l’allure du scooter…DSC00680

Des immeubles vides, des parcs d’attractions neufs abandonnés, des hôtels sur plusieurs étages complétement  inoccupés, telle est la vision que nous avons de Bokor. Ce parc est un parc fantôme, les bâtiments flambant neufs n’ont jamais servis et l’impression est vraiment bizarre de traverser cette ville fantôme !DSC00686 DSC00688 Nous traversons cette zone, mais le froid et l’effet glauque de cet endroit ne nous donne pas envie de nos attarder. La sortie du parc n’est pas loin, nous rebroussons chemin et retournons au chaud et à la vie animée de Kampot !

Coucher du soleil

Après un repos bien mérité, nous ressortons avant la tombée du soir pour nous rendre dans notre restaurant préféré à Kampot dans le vieux marche. Nous faisons une balade avant de diner sur le chemin qui borde le fleuve. Puis nous quittons le centre et traversons l’ancien pont de la ville et nous tombons sur un mariage khmer, dont les installations sont dans les rues de la ville.DSC00714DSC00711 En revenant vers le centre-ville et tombons sur un concert improvisé sur un ponton en bord de fleuve. Ce sont là des expatriés vivant à Kampot qui se sont retrouvés pour faire un peu de musique et animer encore plus la ville. Avec le soleil qui se couche derrière l’Elephant Mountain, le spectacle est fabuleux, des couleurs si chaudes et une atmosphères si douce… nous ne pouvons nous empêcher de nous visualiser expatriés à notre tour dans ce pays qui nous a complétement séduit… DSC00720Mais ce n’est pas au programme pour le moment, la Tripatouille avant tout… Après un bon diner, nous rentrons et pensons déjà à notre prochaine étape à une soixantaine de kilomètres de là, l’ile de Koh Rong et ses plages paradisiaques…

Comments

comments

Un commentaire

Shares