Au cœur du plateau des Bolovens

Au cœur du plateau des Bolovens

Une boucle en scooter à partir de Paksé

C’est déjà la nuit lorsque nous franchissons les frontières de la ville de Paksé, elle semble plus grande que Thakek qui est plus au nord (cf. La Thakek Loop en scooter). Là encore, nous nous désintéressons de la ville et louons dès le lendemain matin un scooter pour réaliser la fameuse boucle du plateau des Bolovens. Les prix de location sont bien plus intéressants ici où nous trouvons un scooter pour 35000 kips soit environ 3$50.

Qu’est ce que la boucle de Paksé
La boucle du plateau des Bolovens est au départ de Paksé dans la Province de Champassak au sud du Laos. Il existe une petite boucle d’une centaine de kilomètres et une grande boucle de plus de 300km.  La location d’une moto ou d’un scooter est le moyen le plus simple pour découvrir cette région aux milles et une cascades.
image002

En route pour Tad Lo

Nous quittons la ville et prenons la direction de Tad Lo à 85 km, notre première étape. Sur la route, nous traversons de petits villages où les arbres aux fleurs rouges si vives ponctuent notre périple. Tout comme pour la boucle de Thakek (cf. La Thakek Loop en scooter), les enfants nous saluent et nous filons bon train jusqu’à notre destination.DSC00581

Le village de Tad Lo borde une rivière qui par deux fois est sublimée par des cascades. Nous profitons toute l’après-midi de celles-ci, des promenades au bord de la rivière et passons la nuit dans un bungalow surélevé au bord de l’eau.DSC00448 DSC00444 DSC00435 Avant le coucher du soleil, nous jouons avec les enfants des propriétaires des bungalows, avec une bouée dans l’eau tranquille de la rivière.IMG_0005DSC00451 Le lendemain matin, nous partons de bonne heure et la propriétaire nous noue autour du poignet un bracelet pour nous porter bonheur. Un geste simple mais qui nous a beaucoup touchés.

Sous la mousson

Cela fait à peine une heure que nous roulons que la pluie, qui menaçait depuis un bon moment, nous surprend lorsque nous traversons un village. Nous nous arrêtons donc et nous mettons à l’abri sous de petites huttes qui servent normalement comme étales du marché. De là, nous observons autour de nous les villageois se mettre à l’abri eux-aussi, mais surtout les enfants enchantés que l’eau tombe si fort. Quelques uns jouent dans la boue, d’autres utilisent les mares qui se forment sous les torrents de pluie comme de petites piscines. Ces scènes sont à la fois rigolotes et touchantes. DSC00466 Au bout de deux heures d’attente, nous reprenons notre chemin prudemment pour ne pas glisser sur les routes détrempées.

Au cœur du plateau des Bolovens

La journée fut rythmée de routes et d’arrêts, d’observation et de détente, par moment sous la pluie et parfois bien à l’abri au contact des locaux.

La route nous offre de merveilles de paysages à voir, le plateau des Bolovens est sublime. Les montagnes sont comme entourées d’un filet de nuage. Les panoramas sont splendides malgré le mauvais temps, les vallées verdoyantes laissent voir les rivières qui circulent en leur sein et de petits villages ponctuent la longue route que nous avons entreprise. Il y a tellement de cascades petites ou grandes que nous avons arrêtés de les compter.DSC00489DSC00497DSC00455 DSC00472

Nous avons le plateau des Bolovens à nos pieds et c’est à peine croyable…DSC00519

Une chute surprise

Lors d’un arrêt au hasard, comme nous le faisons beaucoup, nous tombons sur un panneau en bois indiquant des cascades à 300m plus bas. Nous empruntons ce chemin et nous retrouvons sur une descente abrupte où la pluie a rendu la terre boueuse et il est donc difficile d’avancer. Comme la promenade n’était pas prévue, je suis en tong ce qui complexifie encore plus l’avancée. Mais malgré tout, nous arrivons en bas en ayant bravé les glissades et les fourmis géantes.DSC00511

Le spectacle est grandiose, une chute de plusieurs dizaines de mètres, où l’eau se brise en mille millions de particules et projette une « fumée » de mini gouttelettes d’eau, tout cela dans un écrin de verdure aux couleurs irréelles.DSC00512

Les fabuleuses cascades de Tad Tayicseva

Après cet arrêt à cette chute monumentale, nous nous pressons car le soleil se couche et que nous ne savons pas où nous pouvons faire une halte. A la nuit tombée, nous trouvons finalement une Guest House juste avant un croisement où les chutes de Tad Tayicseva nous attendent. Dès le lendemain matin de très bonne heure, nous nous dirigeons vers les chutes, il nous faudra près d’une heure pour nous y rendre. Nous entrons dans un terrain privé où un Home Stay (logis chez l’habitant) est installée juste avant l’entrée des cascades. Nous nous acquittons du prix d’entrée et commençons notre expédition. Là encore, il faut descendre une falaise de 300m pour rejoindre la 1ere cascade. La descente est bien plus aisée et de nombreux bambous nous permettent de nous agripper et d’avancer plus facilement.DSC00532

Une fois en bas, c’est une cascade puissante qui nous fait face, et descend en pallier. Un pont nous permet de nous approcher plus près de la chute principale. Nous restons un moment et remontons pour découvrir les autres cascades.DSC00551DSC00556

Il existe 4 autres cascades plus magnifiques les unes que les autres et avec leurs particularités. L’une très haute et abritant une grotte, une autre très large et peu profonde…etc.DSC00559 DSC00567

Un café pour la route

Après un déjeuner tardif et avoir testé à nouveau le flegme des loatiens, nous nous remettons en route et traversons les plaines de plantations de cafés du plateau des Bolovens. Après un aperçu du goût du café local, nous achetons un paquet de grain de café en prévision de l’offrir à l’oncle de Gildas. Mais malheureusement quelques semaines plus tard, une souris viendra grignoter quelques grains mais cela c’est une autre histoire…

Cette boucle sonne notre dernière aventure au Laos… En effet, après cette expédition nous nous sommes rendus aux 4000 Îles à la frontière avec le Cambodge mais n’avons pas pu en profiter. Nous avions prévu de faire du kayak entre les îles et de séjourner entre Don Det et d’autres îles, hélas Gildas étant tombé malade nous avons passé nos derniers jours de visa au Laos à Don Det sans bouger. Malgré tout nous avons pu nous baigner dans le Mékong au coucher du jour, par temps orageux, une expérience inoubliable avant de partir vers le Cambodge où d’autres aventures nous attendent!DSC00599 DSC00601

Comments

comments

Shares