Au nord du Laos, de Nong Khiaw à Mueng Ngoi

Au nord du Laos, de Nong Khiaw à Mueng Ngoi

Apres les quelques jours que nous avons passé à Luang Prabang (cf. En slowboat vers Luang Prabang), nous nous dirigeons encore plus a nord du pays dans le village de Niang Khiaw. La « navette » qui nous y emmène et que nous avons pris depuis la South Bus Station n’est autre qu’un pick-up aménagé pour transporter un maximum de personnes. Nous arrivons au village après plus de 3h de trajet et un mal de fesse pas possible.

Un village à double face

Pour une fois, nous arrivons à la station du bus et il n’y a aucun tuk-tuk pour nous cueillir. Bien sûr comme d’habitude, nous sommes partis sans rien préparer, en ne sachant pas ce qu’il y a à faire sur place ou s’il y a beaucoup de Guest house pour nous accueillir. Nous avons choisi cette destination sur l’avis d’un canadien rencontre à Chiang Mai. Nous avançons donc dans le village a la recherche d’une Guest house, nous suivons le cours de la rivière et tombons sur des bungalows en bois surélevés en bord de la rivière Nam Ou. Un véritable coin de paradis sans internet ou nous entendons depuis notre terrasse les rires des enfants s’amusant dans la rivière, le son des rares bateaux voguant sur les eaux et le silence des montagnes qui nous entourent. Nous décidons de profiter de notre demeure du jour le reste de la journée et le lendemain avant de partir à l’aventure dans les alentours. Nous mangeons au resto le plus proche et profitons de ce calme absolu.DSC09916

De villages en villages

Apres cette journée et demi de repos, nous partons a la découverte du village et nous découvrons qu’il existe un peu plus loin une véritable agitation, le « centre-village » en quelque sorte. Il existe des Guest house des compagnies qui vendent des tours organises, un pont qui relie les deux partie du bourg et tout un tas de restaurants. Nous sommes étonnés de ne nous être aperçus de rien, pour nous le village était tout petit, mais il s’avère à double face… Mais nous revenons sur terre, le tourisme est partout et puis après tout, les infrastructures sont préservées, et une partie des villageois vivent de ce tourisme.11225611_1432061097100262_530427180_n

En nous renseignant un peu, nous nous apercevons que le meilleur moyen de pouvoir explorer les alentours pépères sans être dans un groupe organisé et bien sûr de louer un scooter. Nous enfourchons donc une nouvelle fois notre moyen de transport favori en Asie, en laissant de cote nos appréhensions dues à notre récent accident de scooter (cf. Gang de scooter sur la Mae Hong Son Loop).

Nous glanons une carte des environs et partons de très bon matin sur les routes de terre longeant la rivière. C’est une journée parfait pour rouler, et les paysages sont à couper le souffle ! Nous roulons et roulons encore avant de quitter le chemin pour rejoindre un premier village, Hatsao, de quelques maisonnettes et un tout petit temple seulement. Les villageois nous regarde d’un air amuse et pensent que nous nous sommes trompes, ils nous indiquent donc le chemin de retour sur l’  « axe principal ».DSC00068

Nous nous remettons en route et croisons en chemin des cochons sauvages et des villageois revenant du champ, des gamins qui nous saluent chaleureusement en secouant leurs mains et en lançant des « Sabaidee », le « Bonjour » laotien.

Nous croisons un autre village, plus grand celui-ci, qui est littéralement aux pieds des montagnes. Nous y faisons un tour toujours en saluant les habitants intrigues par notre présence. A la sortie du village, une vielle dame nous demande même de la prendre en stop, mais malheureusement nous avons compris que plus tard sa demande 🙁

En continuant quelques kilomètres après ce village, nous tombons face à un cours d’eau, la route est coupée. D’abord timides, nous n’osons pas franchir ce ruisseau. Puis voyant passer deux villageois qui traversent des cours d’eau avec leurs scooters, nous les imitons prudemment. Au bout d’un moment, ne pouvant pas faire une boucle sur le circuit que nous avons emprunté, nous faisons demi-tour et filons sur l’unique route qui quitte Nong Khiaw.DSC09952

Les enfants et la rivière

Sur cette route, nous savons qu’une grotte historique et une cascade peuvent ponctuer notre périple, de plus nous ne sommes pas contre l’idée une baignade pour nous rafraichir. Nous commençons par la Pha Tok Cave, grotte a seulement 3 ou 4 kilomètres de Nong Khiaw. Cette grotte fut un abri pour la population laotienne pendant la guerre du Vietnam. Il reste des traces, des écrits de cette époque sur les murs. Une visite intéressante et une grotte surprenante nichée au milieu d’une falaise.

DSC09963 DSC09968

Nous partons ensuite à la recherche de la petite cascade que nous a indiqué un local, mais nous avons beau chercher nous ne trouvons rien. Lors d’un arrêt, nous tombons sur une minuscule chute d’eau ou des enfants sont en train de chahuter et de se laver dans la rivière. Nous rigolons avec eux et ils viennent spontanément voir de plus près qui nous sommes. Le temps de prendre quelques photos et de leur donner la moitié de notre pique-nique et nous sommes de retour en scelle.DSC09979 DSC09983 DSC09986 DSC09990 Nous continuons de chercher la cascade mais sans succès, mais la chaleur est telle que nous nous arrêtons au bord de la rivière pour piquer une petite tête. Nous y restons un peu et faisons demi-tour car nous avons déjà bien roule et la fatigue commence à nous gagner.

Sur le chemin du retour, nous retournons à la mini chute et comprenons que ce doit être ça la cascade ! Je rejoins de nouveau les enfants qui ne sont pas les mêmes et plonge comme eux depuis le haut de la petite chute pendant que Gildas ne fait que tremper ses pieds.

Nous finissons notre road trip dans un restaurant au bord de route ou nous prenons un encas et une bonne bière fraîche. Le patron nous présente sa fille Namlin, qu’il semble vénéré. La petite est adorable et pendant un bon moment nous jouons avec elle avant de retourner à Nong Khiaw.

Une ascension sensas

Le lendemain, nous décidons de nous lever encore une fois aux aurores pour gravir la montagne qui amené au View Point de la vallée. Même à 6h30 du matin, grimper une pente si ardue nos a fait transpirer des pieds à la tête. La randonnée est splendide à travers la forêt, néanmoins nous ne quittons pas le sentier d’une semelle car cette zone fut la plus bombardée pendant la guerre et il reste des bombes cachées ici ou là.DSC09996 Nous arrivons enfin au sommet, une heure et demi plus tard, et la une vue splendide sur Nong Khiaw et toute la vallée s’offre à nous.DSC00003 DSC00007

Lorsque nous arrivons 3 randonneurs viennent d’arriver, nous discutons un moment en admirant le paysage et redescendons ensemble. De ces personnes deux néo-zélandais et un belge nous gardons la devise du belge jeune mais avec une philosophie de vie si mature :  « You are where you suppose to be » ? « Tu es là où tu es supposé être ». Une belle rencontre courte mais qui nous resta en tête.

De retour au village, nous « programmons » notre départ pour le lendemain, pour nous diriger encore plus au nord dans un village encore plus petit. Le village n’est accessible qu’en bateau, nous avons hâte de rejoindre Muang Ngoi et découvrir  un peu plus encore de la beauté du Laos du nord.

Randonnée a Mueng Ngoi

A l’embarcadère, nous retrouvons Guillaume que nous avions rencontré lors de notre entrée au Laos quelques jours plus tôt (cf. Luang Prabang). Pendant la traversée de Nong Khiaw a Mueng Ngoi en bateau qui dure petite heure, nous nous laissons filer au cours de l’eau en admirant les paysages et la vie qui se forme autour de la rivière. Il y a des bœufs enfonces dans l’eau jusqu’au cou, des femmes pêcheurs, qui en ligne, plongent et remontent des filets, des oiseaux et bien sur les montagnes en toile de fond.DSC00017 DSC00022

Compare à Nong Khiaw le village est tout petit mais il existe quand même pléthore de Guest Houses. Nous en choisissons une commune avec Guillaume et prévoyons de randonner dans les environs de bonne heure le lendemain matin. Nous suivons tant bien que mal les explications que nous avons pour nous rendre à un premier village, Houay Bo pour ensuite rejoindre un autre village un peu plus loin Baan An.

Info :
Dans les villages de Huay et Baan An, il est possible de dormir chez l’habitant dans un bungalow et partager les repas avec une famille du village. Rudimentaire mais apparemment une expérience en soit.

Le chemin jusqu’au village est riche, nous passons devant des écoliers, nous visitons une petite cave comme il y en a tant au Laos, nous traversons des rizières à sec, réussissons à nous tromper de chemin pour enfin revenir sur un « sentier ». Bref, les deux premières de marche sont ponctuées de toutes sortes d’embuches. Enfin nous rejoignons un village en coupant à travers champ et arrivons directement chez Mama Khan, une toute petite dame qui tient le « resto » du village. Nous lui commandons de l’eau et continuons notre route pour pouvoir déjeuner dans le second village, un peu plus loin.DSC00026 DSC00040 DSC00060

Et la commença une longue, longue marche dans la montagne, à cette heure de la journée le soleil est de plomb et nos réserves d’eau sont quasiment finies. Nous nous rafraichissons et nous aspergeons d’eau dans une rivière avant de reprendre la route et entamer une sacrée pente !DSC00074 Nous nous disons que le village ne doit plus être très loin et continuons, mais a l’évidence nous faisons fausse route. La route est déserte mise à part un ou deux véhicules qui passent dans le sens contraire. Apres deux heures de marche, nous renonçons et faisons demi-tour. Le chemin inverse est heureusement plus facile en pente et un peu plus d’une heure après nous nous trouvons de nouveau chez Mama Khan. Nous sommes tous trois épuisés, nous commandons donc à manger et profitons des hamacs de notre hôte.DSC00087 C’est au final, le reste de l’après-midi fut bien plus relaxe que la matinée, nous la passons tous les trois à regarder le paysage, à rêvasser, roupiller et discuter de tout et de rien.DSC00084 En repartant, nous remercions Mama Khan cette si gentil petite vieille à qui Guillaume achète une écharpe qu’elle fait elle-même au métier à tisser. Le temps d’une photo souvenir et hop nous rentrons vers Mueng Ngoi avant le coucher du soleil.11117365_1431370857169286_1466615473_n

Un manque d’organisation

Alors que Gildas joue avec les gamins du village dans la rivière, je profite du calme des lieux avec pour seul fond sonore le rire des enfants et les éclaboussures de l’eau.DSC00092 Le soir venu, nous discutons tout trois de la suite de nos périples respectifs dans le coin quand Gildas et moi nous apercevons que nous n’avons plus assez d’argent pour continuer. En effet, le village ne dispose pas de distributeur de billet et la seule façon de quitter le village est par bateau. Nous avons assez pour les tickets de retour vers Nong Khiaw qui coute environs 2,5$ mais pas assez pour des billets pour aller plus au nord du pays. Par manque d’organisation, nous sommes contraints de redescendre a Nong Khiaw le lendemain alors que Guillaume décide de continuer sa route au nord, encore plus dans le fin fond du Laos. Nous nous séparons donc en espérant que nos routes se recroiseront, et ce sera le cas mais cela c’est une autre histoire.

Comments

comments

Un commentaire

Shares