En Slow Boat vers Luang Prabang

En Slow Boat vers Luang Prabang

Sur le conseil d’amis rencontrés sur la route, nous quittons Chiang Rai pour rejoindre le Laos depuis la ville frontière de Chiang Khong. Mise à part la surprise d’avoir une taxe supplémentaire de 2$ au passage de la frontière laotienne sur les 30$ déjà exigés, tout se passe sans encombre. Nous rejoignons d’autres voyageurs en pick-up pour nous rendre à Huay Xai, ville frontalière du Laos.

Slow Boat on the Mekong

A Huay Xai, nous trouvons une auberge et achetons nos billets en « slow boat » pour rejoindre Luang Prabang, ville classée au patrimoine mondial de l’humanité au nord du Laos. Nous nous apprêtons à passer deux jours en bateau, avec un arrêt dans un village sur une rive du Mékong. Rien que de penser que nous allons voguer sur ce fleuve mythique nous fait rêver !DSC09767

Nous embarquons à 12h au lieu de 9h indique la veille, l’attente sur le quai nous permet de sympathiser avec d’autres voyageurs dont Griselda et Guillaume, deux voyageurs solos français et argentine, qui font un bout de chemin ensemble. Le départ se fait doucement et nous filons enfin sur ses eaux verdâtres et brillantes… Très vite, le paysage nous saisit, le Mékong est borde de petites montagnes d’un vert chatoyant, de falaises rocheuses et de petites embarcations de pêcheurs.DSC09791 Contrairement au Thal River en Birmanie (cf. Myawaddy et sa région), les villages ne sont pas à flan de fleuve, mais l’on peut apercevoir des rives pour accoster et des chemins s’enfonçant dans la verdure pour rejoindre les villages.DSC09782

Comme son nom l’indique, le bateau va très lentement et malgré la splendeur du paysage, nous recherchons a nos occuper pendant cette première traversée de 7h. Parler avec quelques voyageurs, jouer de l’ukulélé, chanté, voilà ce qui nous a occupés !DSC09771 Nous sommes très surpris car nous nous attendions à ce qu’il y ait plus de locaux dans le bateau. En effet, il est blinde de touristes, dont de très jeunes voyageurs ayant emporté avec eux de quoi faire la fête sur le bateau, bière et autres alcools. Malgré cela l’ambiance est bonne enfant et nous rejoignons Pak Beng, village étape pour la nuit avant le début du crépuscule.

Pak Beng n’est pas vraiment la première vision du Laos que nous aurions aimé voir. Ce village compte essentiellement sur le tourisme pour prospérer et beaucoup de locaux ont abandonnés leurs premiers jobs pour se lancer dans la chasse aux billets avec tous ses touristes qui débarquent deux fois par jour. L’accueil n’est pas chaleureux et trouver une Guest House relevé plus de la souffrance qu’autre chose. Mais finalement, nous trouvons une chambre correcte et un restaurant très sympathique sur le bord du Mékong, dont le propriétaire parle dans un français parfait.IMG_1005

Apres cette courte soirée, nous embarquons à nouveau le lendemain matin pour une traversée de 8 h cette fois-ci. L’ambiance est beaucoup plus tranquille, nous profitons du paysage comme jamais et retrouvons Griselda et Guillaume. Cette fois-ci, il y a plus de voyageurs locaux à bord, nous faisons plusieurs stops le long du fleuve pour arrêter des personnes, charger ou décharger des paquets. Peu avant d’arriver, nous passons devant la Pak Ou Cave, une grotte à plan de falaise, lieu de pèlerinage et de méditation de nombreux bouddhistes.DSC09812

Etre trésor de l’humanité, ça se paye!

Arrives a destination, nous n’avons d’autre choix que de prendre un tuk-tuk pour gagner Luang  Prabang a 10km de là. Le chauffeur nous parle d’une Guest house et nous acceptons d’y jeter un coup d’œil car il nous fait un prix 60 000 kips soit grosso modo 6$ la nuit. Nous avions entendu des prix beaucoup plus élevé dans cette ville si touristique, l’auberge et propre et le personnel sympa, nous décidons de rester et nous avons bien fait. Sans se concerter, nous retrouvons de nouveau Griselda et Guillaume qui ont choisi la même Guest house, décidément depuis notre arrivée au Laos nous nous suivons à la trace ! Le courant etant bien passe, nous décidons de visiter la ville ensemble le jour suivant.

Nous découvrons une ville splendide bordée par le fleuve Mékong d’un cote et la rivière Nam Khan d’un autre. Le centre-ville est très petit, peut être facilement parcouru à pied, et réellement charmant avec ses vieilles bâtisses coloniales, ses boutiques colorées aux artefacts régionaux et ses temples spirituels et sophistique.DSC09819 DSC09840 Cette ville respire l’authentique malgré le tourisme toujours grandissant. Le prix des Guest house  et de certains restaurants sont déconcertant pour une ville d’Asie du sud-est mais la beauté des lieux fait oublier cet aspect. Heureusement fin avril a l’époque ou nous y sommes, c’est la basse saison est les prix sont moins élevés. De plus c’est sans compter sur notre débrouillardise pour trouver les bons plans quitte à zapper les incontournables.

L’aspect spirituel est assez palpable à Luang Prabang malgré le tourisme, il y a beaucoup de moines, dont un jeune apprenti moine avec qui nous avons longuement parler. Le matin à 5h, il est possible d’assister à la quête des moines ; les habitants de la ville les honorent en leur donnant argent et vivre. Nous n’avons pas fait cette « attraction » car nous avons eu beaucoup de mauvais échos dessus, notamment sur la perte de cette tradition ancestrale à cause du tourisme.11198796_1431100710529634_1805399856_n

Nous flânons sur les rives de la ville, ou il est possible de déjeuner ou juste boire un verre en admirant le Mékong et autres scènes de la vie locale.

Un night Market bien chouette

D’habitude, nous ne sommes pas de grands fans des night markets en Asie, beaucoup trop touristiques et bien souvent deux fois plus chers que la normale pour des babioles faites en Chine. Pourtant celui de Luang Prabang a retenu notre attention. Etablit au cœur d centre chaque soir, le marché bien que dédie au tourisme et un enchantement pour les yeux même s’il peut faire mal au porte-monnaie ! Les stands sont à même le sol sur des nattes ou les artisans de la région proposent leur production. Bijoux, cartes, jouets, ombrelles…etc. On se doute bien que tout n’est pas authentique mais pour une fois on ne tombe pas sur ces ridicules pantalons au motif éléphants, ou bien sur des t-shirts à l’effigie du pays. Beaucoup de bijoux sont même fait avec d’anciennes mines anti-personnelles et des bombes datant de la guerre du Vietnam, que malheureusement on retrouve encore ici ou là dans les campagnes.DSC09897

La cascade de Kuang Si

Enfin, l’une des attractions en dehors de la ville et qui vaut le détour ce sont les cascades de Kuang Si. Situées à une trentaine de kilomètres de la ville, elles sont facilement accessibles en tuk-tuk. Nous délaissons le scooter pour une fois, etant toujours avec nos compagnons, nous recherchons un chauffeur de tuk-tuk pour nous emmener. Nous avons eu le droit à tous les prix possibles et imaginables. La négociation est bien souvent incontournable si on ne veut pas se retrouver à payer des sommes « folles » (pour l’Asie) rien que pour se déplacer.

Conseil
Louer un scooter permet de rester aussi longtemps qu’on le désir aux cascades  et aussi de pouvoir faire d’autres sites touristiques à proximité comme d’autres cascades ou des caves. Cependant le prix de la location a Luang Prabang est élevé plus de 12$ la journée.

Une fois arrives aux cascades vers 11h, nous restons sans voix ! La couleur de l’eau est tout bonnement hallucinante, d’un bleu turquoise, et les cascades sont splendides.DSC09864 Nous nous baignons dans plusieurs cascades, et retrouvons notre âmes d’enfants et nous ne pouvons pas nous empêcher de penser aux cascades de Lichfield en Australie ou là aussi l’eau nous avait fait faire un bon dans le temps (cf. Jeux d’enfants au Litchfield National Park) !11210143_1431100637196308_1890995605_n Petit à petit, nous remontons vers la plus grosse cascade, absolument magnifique et impressionnante ! De là un sentier serpente la falaise pour grimper en haut de la cascade.DSC09869 L’ascension est sportive mais en 15min nous sommes arrivés en haut. La un court d’eau alimente la cascade.DSC09879 Il est possible de faire un tour sur un radeau en bambou ou de continuer la randonnée vers une cave à 3km de là. Mais nous n’avons pas le temps, nous devons regagner le tuk-tuk à 14h. Malgré le trop court laps de temps à notre gout que nous avons eu a Kuang Si, nous avons bien profité de ce magnifique lieu avant de quitter Luang Prabang pour Niang Khiaw plus au nord encore.

Comments

comments

Un commentaire

Shares